caret-sm-white star-half circle-drag icon-checkmark-nocircle icon-envelope Left Arrow Scroll down Scroll down close Expand Scroll down quote-marks squiggle Play Play Pause Pause long squiggle squiggle 1 close filter-icon Info Compare Compare Selected Information
Conseils de coureur

Des femmes contribuant à l’émancipation des femmes grâce à la course : Mois de l’histoire des femmes 2022

Flèche vers le bas
Flèche vers le bas

Le Mois de l’histoire des femmes peut signifier différentes choses pour différentes personnes, et il est certainement important du point de vue des coureuses, en particulier celles qui aiment le concept de femmes donnant du pouvoir aux femmes.

Il est difficile de croire qu’il n’y a pas si longtemps, les femmes n’étaient pas autorisées à participer à des courses organisées. De nombreux coureurs amateurs et coureuses amatrices connaissent l’histoire de Kathrine Switzer qui a été la première femme à courir le marathon de Boston en tant que participante inscrite en 1967.

Sa participation n’a pas été bien accueillie au départ, car le commissaire de la course, Jock Semple, a agressé physiquement Switzer pour tenter de la faire sortir du parcours. Ce n’est qu’en 1972 que les femmes ont été officiellement autorisées à participer à des courses.

L’évolution de la course à pied féminine

La course à pied féminine a continué d’évoluer au fil du temps après cet incident notoire, depuis la création de nombreuses courses exclusivement réservées aux femmes, jusqu’à ce que davantage de personnes s’intéressent à suivre la course à pied féminine professionnelle. Les gens ont suivi des moments historiques comme l’athlète Brooks Des Linden qui est devenue la première Américaine à remporter le marathon de Boston en 33 ans grâce à sa victoire en 2018 dans des conditions difficiles (ce qui a dû lui permettre de se racheter après avoir manqué la victoire de deux secondes en 2011) avant d’établir un record américain et mondial sur la distance de 50 km, en courant 2 h 59 m 54 s dans un effort solo officiel en 2020 pendant la pandémie de COVID-19.

D’autres moments historiques récents dans l’histoire de la course à pied féminine incluent Brigid Kosgei qui a battu le record mondial de Paula Radcliffe au marathon de Chicago 2019, où elle a gagné en 2 h 14 m 04 s, et Keira D’Amato qui a battu le record américain de Deena Kastor au marathon de Houston 2022, qu’elle a gagné en 2 h 19 m 12 s.

Deux coureuses souriantes se tapent le poing sur un sentier.

L’un de mes premiers contacts avec l’histoire de la course à pied féminine a eu lieu lorsque j’ai couru le Mini 10K des New York Road Runners, dans Central Park, à New York, en 2009, quelques semaines après avoir obtenu mon diplôme de l’Université Hofstra à Long Island. Je ne connaissais rien de cette course historique avant de m’inscrire; je l’avais simplement choisie comme l’une de mes neuf courses de l’année pour obtenir ma qualification pour le marathon de New York 2010, qui serait ma première tentative de courir 42 kilomètres.

Lorsque j’ai franchi la ligne d’arrivée, j’ai été agréablement surprise de recevoir une médaille (une rareté dans les courses plus courtes qu’un marathon à l’époque), ainsi qu’un œillet rose et un bagel teint rose vif. Je ne le savais pas à l’époque, mais cette course était un autre bel exemple de femmes donnant du pouvoir aux femmes.

Plus tard dans la journée, j’ai cherché la course sur Google et j’ai lu son histoire. J’ai appris qu’elle avait été créée en 1972 en tant que première course sur route réservée aux femmes et qu’il s’agissait à l’origine d’une course de 10 kilomètres appelée le mini-marathon Crazylegs. Il a finalement obtenu son nom actuel lorsque le fondateur de la course, Fred Lebow, a convaincu le commanditaire de soutenir un « mini » marathon de 10 kilomètres, nommé en l’honneur de la tendance de la mode de la mini-jupe. La course continue d’être l’un des principaux événements de NYRR, avec un groupe de coureurs et coureuses d’élite qui composent le peloton pro chaque année. J’ai eu la chance de revenir pour cette course en 2019 et j’espère y participer à nouveau à l’avenir.

Laisser de la place à chaque type de corps

Une autre façon dont la course à pied s’est développée pour soutenir les femmes dans le sport est avec l’évolution des vêtements de course pour femmes. Cela peut sembler idiot ou frivole, mais le fait d’avoir des vêtements mal ajustés et peu flatteurs a sûrement dissuadé beaucoup de femmes de pratiquer ce sport.

Même au début et au milieu des années 2000, la plupart des courses distribuaient encore des maillots en coton unisexe et non des maillots techniques et ajustés dans lesquels on voudrait vraiment courir, ce que la plupart des grandes courses offrent heureusement aujourd’hui. Les femmes sont en fait plus nombreuses que les hommes dans beaucoup de courses mixtes, il est donc logique que les courses veuillent répondre à leurs besoins et fournir un vêtement qu’elles voudraient vraiment porter. De nombreuses marques du secteur de la course, dont Brooks, ont également pris conscience qu’il n’y a pas un seul corps de coureur et de coureuse, surtout lorsqu’il s’agit de femmes. C’est génial de voir que beaucoup de marques proposent des options de vêtements pour toutes les tailles et formes de corps, ce que je m’efforce d’inclure dans tous les articles sur l’équipement que je peux écrire.

Je me souviens aussi qu’il était très difficile de trouver un short qui avait même une petite poche pour contenir ma clé de maison, que je tenais souvent dans ma main, avec ma carte de métro, lorsque je participais à des courses NYRR. Aujourd’hui, en 2022, je suis particulièrement reconnaissante de mon short moulant Brooks Method 5 pouces préféré, qui possède deux poches latérales profondes pouvant contenir mon téléphone lorsque j’ai besoin de courir avec, ainsi que de nombreux gels énergétiques pendant une longue course d’entraînement. C’est aussi l’un des rares shorts moulants que j’ai trouvés qui n’est pas trop court à mon goût et qui ne remonte pas quand je suis en mouvement.

C’était mon préféré lors de mon dernier cycle d’entraînement au marathon et ce que je portais lorsque j’ai réalisé mon temps de qualification pour le marathon de Boston, lors du marathon de Houston de cette année, en janvier. Il est important d’avoir beaucoup d’espace dans les poches pour que les coureurs et coureuses puissent ranger d’autres objets qu’ils et elles veulent garder à portée de main pour des raisons de sécurité mais qu’ils et elles ne veulent pas nécessairement laisser à la vue de tou-te-s, comme leurs clés de voiture et leurs cartes de crédit.

Deux coureuses souriantes se tapent le poing sur un sentier.

De même, une évolution clé dans les vêtements de course pour femmes a été l’arrivée de la brassière de sport, qui a été développée en partie par Cheryl Treworgy, ancienne détentrice du record du monde de marathon et mère de l’athlète olympique américaine Shalane Flanagan, dans les années 1970 (ce qui n’est pas non plus si loin). Treworgy a été inspirée de créer des brassières de sport simplement parce qu’elle était fatiguée de courir dans ses soutiens-gorges ordinaires à armatures (rien que d’y penser, je me sens inconfortable).

De nombreuses marques de vêtements de course, dont Brooks, ont continué à améliorer leurs offres de brassières de sport au fil des ans, offrant plus d’options de taille pour différents types de corps. Brooks est également unique en son genre, car c’est l’une des rares marques qui offre aux clientes la possibilité d’acheter des brassières de sport dans leur taille de soutien-gorge de tous les jours plutôt que de proposer par défaut des tailles petites, moyennes, grandes, etc.

Et ce n’est pas tout : Stimuler la représentation des femmes

Bien sûr, il y a encore des domaines où la course à pied des femmes pourrait s’améliorer. Pour ma part, j’ai parfois eu l’impression que les amis, les membres de la famille et les pairs de la communauté des coureurs ne m’ont pas prise au sérieux, moi et mes objectifs de course, et je dois me demander si c’est en partie parce que je suis une femme. Et, bien que mes meilleurs temps de course soient beaucoup plus rapides que la moyenne, ils ne se rapprochent toujours pas de ceux de mes pairs masculins qui poursuivent des normes équivalentes.

Je dois aussi me demander si c’est en partie dû à mon statut de minorité. En tant que Latina, j’ai de la chance de ne m’être jamais sentie déplacée en tant que coureuse dans ma communauté locale (nous sommes nombreux et ici à Houston), mais c’est un fait que les coureurs de couleur sont encore largement sous-représentés dans la communauté des coureurs et coureuses dans son ensemble, et dans les courses emblématiques comme le marathon de Boston.

Bien que j’aie fait de l’athlétisme et du cross-country pendant mes dernières années d’études en région rurale de l’Oregon, ma sœur jumelle et moi faisions partie d’une petite poignée de coureurs et coureuses issu-e-s de minorités dans l’équipe. Nous n’avons pas non plus été activement encouragées à poursuivre le sport après l’obtention du diplôme, bien que nous l’ayons fait toutes les deux pour des raisons de santé générale et pour garder la forme. Nous n’avons également découvert la scène des courses récréatives que par nous-mêmes et avons décidé de courir notre premier demi-marathon lors d’une autre course NYRR à Central Park pendant notre dernière année d’université.

C’est en partie la raison pour laquelle j’ai intentionnellement entrepris de partager mon parcours d’entraînement jusqu’au marathon de Houston cette année – mon 11e marathon et où je courais après ma qualification pour Boston, que j’ai fini par obtenir. Je voulais montrer à mes camarades latinos et aux coureurs et coureuses de couleur que non seulement nous méritons d’être ici, mais que nous sommes aussi dignes de poursuivre et d’atteindre ces objectifs élevés.

Les personnes, et surtout les femmes, de couleur sont aussi largement sous-représentées dans le milieu des entraîneurs, c’est pourquoi il était important pour moi de choisir une femme de couleur pour m’entraîner dans cette épreuve, ce que j’ai fait en engageant Nell Rojas, marathonienne professionnelle. Et, de la même manière, les femmes de couleur sont encore largement sous-représentées sur la scène professionnelle de la course de distance.

Deux coureuses souriantes se tapent le poing sur un sentier.

C’était génial de voir quatre femmes de couleur dans le top 10 des essais du marathon olympique 2020 avec Aliphine Tuliamuk et Sally Kipyego qui font partie de l’équipe olympique et Linden et Rojas pas loin derrière elles. Cependant, il n’était pas surprenant de voir que de nombreuses personnes censées suivre le sport de près ne connaissaient pas la plupart d’entre elles, même si Kipyego est une olympienne de 2012. De nombreuses personnes ont même rejeté rapidement leurs victoires parce qu’elles sont toutes deux des citoyennes américaines nées au Kenya, alors qu’elles vivent et s’entraînent dans ce pays depuis plus de dix ans.

C’était décourageant pour moi, surtout que je suis fille d’immigrants. J’espère que nous progresserons à cet égard, car les États-Unis sont, dans l’ensemble, un pays d’immigrants, et je crois fermement que c’est quelque chose qu’il faut célébrer.

Il va falloir tout un village de coureurs et coureuses au sein de la communauté pour faire de vrais progrès en ce qui concerne la valorisation des femmes, plutôt que de laisser cette responsabilité aux minorités. Comme le dit le dicton, « On ne peut pas être ce que l’on ne voit pas », et il reste beaucoup à faire pour améliorer la représentation des coureurs et coureuses de couleur dans de nombreuses facettes de l’industrie et de la communauté de la course.

Faire de grandes foulées vers un avenir plus inclusif

Dans l’ensemble, bien que de nombreux progrès aient sans aucun doute été réalisés pour que l’industrie et la communauté de la course à pied soutiennent et accueillent mieux les femmes, il reste encore beaucoup de travail à faire pour rendre le sport vraiment inclusif à toutes les femmes qui souhaitent en faire partie. Avec une sensibilisation accrue et plus de gens prêts à faire leur part pour être proactifs, je suis sûr que nous continuerons à nous rapprocher de la véritable équité dans le monde de la course à pied.

Les conseils de notre rédacteur sont uniquement à des fins d’information ou d’éducation générale. Nous vous encourageons toujours à consulter votre médecin ou votre professionnel-le de santé avant d’effectuer des modifications à vos routines de course, de nutrition ou de conditionnement physique.

Étiquettes
Écrit par
Emilia Benton

Rédactrice collaboratrice

Emilia Benton en train de courir

Je suis originaire de Houston, au Texas, et j’ai couru 11 marathons et plus ou moins 30 demi-marathons, avec des records personnels de 3 minutes et 30 secondes et 1 minute et 39 secondes. Je suis également journaliste indépendante en santé et en conditionnement physique, entraîneuse de course certifiée USATF Niveau 1 et amatrice de musique country, de cuisine et de voyages internationaux.