caret-sm-white star-half circle-drag icon-checkmark-nocircle icon-envelope Left Arrow Scroll down Scroll down close Expand Scroll down quote-marks squiggle Play Play Pause Pause long squiggle squiggle 1 close filter-icon Info Compare Compare Selected Information
Nos coureurs, leurs histoires

Une chaussure de course pour des sommets de 925 mètres

Deux femmes marchent en montagne
Flèche vers le bas
Flèche vers le bas

« Quelle chute! »

m’a crié un autre coureur pour me soutenir, alors que je me remettais rapidement d’une chute difficile. 

J’ai poursuivi en descendant une pente à 64 degrés. « Continuer de nager », me suis-je répété. C’était la seule pensée que je me permettais, alors que je courais sur le légendaire Mont Marathon. 
Mais avant d’aller plus loin, permettez-moi d’expliquer ce qui rend cette course de pieds 5 kilomètres si légendaire — oui, ce n’est pas plus de 5 kilomètres. 

Le contexte 

Le Mont Marathon, également connu comme le 5 kilomètres le plus difficile au monde, est une course annuelle qui a lieu dans la petite ville portuaire de Seward, en Alaska, tous les 4 juillet. Le jour de la course, la population de la ville de près de 3 000 habitants augmente jusqu’à 30 000 habitants, alors que les gens affluent pour voir ce que l’on appelle communément le « Superbowl de l’Alaska ».

Mais sans de ballons de football. Aucun prix en argent non plus. À peine quelques centaines de coureurs fous sont prêts à s’inscrire à une course de 925 mètres montant et descendant une montagne incroyablement escarpée, avec un mélange de falaises, de chutes d’eau, de roches glissantes, de racines, de schiste et d’éboulis.

Bien que la course ait atteint la popularité internationale au cours des dernières années, le Mont Marathon est considéré comme la plus ancienne course de montagne aux États-Unis. Les gens la courent depuis 1908, et elle est devenue une course officielle en 1915. Tout a commencé là où commencent toutes les bonnes histoires, dans un bar de quartier autour d’une bière. La légende raconte qu’un homme a parié qu’un autre homme ne pouvait pas monter et descendre la montagne en moins d’une heure. S’il ne réussissait pas, il allait devoir payer une ronde de bières à tout le monde dans le bar. Comme il a raté son objectif de quelques minutes, la tradition est née.

Elyse sourit avant le marathon

La ligne de départ 

Aujourd’hui, chaque année, des hommes, des femmes et même des enfants font la queue devant la ligne emblématique au début de la course à pied la plus emblématique d’Alaska. Et le 4 juillet 2022, j’étais, parmi la foule de participants, sur le point de courir, avec une très grande nervosité, ma toute première course au Mt. Marathon. 

La course des femmes n’a commencé qu’à 14 h, ce qui m’a donné amplement de temps pour regarder la montagne imposante et penser à un million de choses qui pourraient mal tourner. Quand je suis finalement arrivée à la ligne de départ, ma santé mentale ne tenait qu’à un fil, bien que j’aurais pu dire qu’elle m’avait abandonnée dès mon inscription à la course.

Je m’entraînais fort depuis des mois, mais à ce moment-là, je me suis demandée si comme coureuse de route devenue coureuse de montagne débutante, j’étais de taille pour relever un défi de cette ampleur. 
Le coup de départ a été donné, et j’ai senti un changement en moi. — Je suis immédiatement passée en mode course et je me suis délestée du poids de mes doutes alors que je courais le kilomètre qui me séparait des « falaises ». 

La course 

Une fois que vous avez couru le kilomètre sur la route jusqu’à la base de la montagne, vous vous trouvez devant les hauteurs de 815 mètres en 1,4 kilomètre. Vous commencez l’ascension par les falaises ou les racines — à la fois extrêmement escarpée et difficile. L’un des éléments les plus uniques de ce 5 km est qu’il n’y a techniquement pas de route fixe, vous pouvez choisir votre parcours, et les coureurs aguerris connaissent les meilleurs chemins pour réduire leur temps de quelques secondes. J’ai choisi les falaises, car mes jambes ne sont pas assez longues pour faire les énormes pas nécessaires pour enjamber rapidement les racines.

Après avoir grimpé les falaises ou enjambé les racines, vous gravissez un sentier poussiéreux ou dangereux, glissant quand il est mouillé, complètement enfermé dans la végétation avec un flux d’air mince ou nul. Il faisait chaud ce jour-là, et la poussière volait directement vers mes narines et la chaleur était étouffante.

La marque à mi-chemin vous amène au-dessus de la ligne de l’arbre vers un chemin qui vous accueille avec une brise revigorante. Il y a aussi une foule de spectateurs qui ont fait la randonnée pour vous encourager, tandis qu’ils vous aspergent d’eau. Anges.

Maintenant, la deuxième partie de l’ascension peut commencer — avec du schiste noir sous le pied, une exposition complète et le soleil qui vous réchauffe le dos. Vous pouvez littéralement voir les vagues de chaleur sortir de la roche. Le reste du chemin vers le haut est éprouvant, avec des sections si raides que vous posez vos mains sur le sol devant vous pour vous tirer vers le haut.

Le sommet du mont Marathon offre certaines des vues les plus époustouflantes, avec les montagnes Kenai derrière vous et les fjords Kenai qui s’étendent devant vous. Je n’ai absolument rien vu de cela, car j’ai contourné un rocher et commencé à courir directement sur la partie descendante de la montagne.

Le passage d’une pente grimpante extrême à une pente descendante extrême crée une agitation absolue du système, et vous devez en fait vous concentrer sur vos jambes pour qu’elles ne se transforment pas en compote, car vous vous catapultez essentiellement dans un champ d’éboulis et de schiste meuble.

Ça paraît un pur enfer, mais c’est aussi la partie la plus amusante de la course. Écoutez, je n’ai jamais dit que les gens qui prennent part à cela étaient sains d’esprit.

Une fois que vous avez survécu à la partie des éboulis, vous avez atteint le cœur de l’action — une section plus technique, avec de grosses roches, souvent glissantes, et des petites chutes d’eau. Et quand je dis que j’ai frappé le cœur, je l’ai bien frappé. Avec mon visage. Heureusement, à ce stade, je ne ressentais que l’envie de franchir la ligne d’arrivée et je me suis rapidement relevée de mon saut périlleux sur les rochers.

Lorsque vous traversez cette section difficile (ou que vous trébuchez complètement), vous vous retrouvez de nouveau face à face avec vos vieilles amies, les « falaises ». À ce moment-là, vous êtes engourdi par le terrain ridicule, et vous vous trouvez au pied de la montagne où vous rencontrez une foule rugissante. 

C’est la fin, n’est-ce pas? Mauvaise réponse. Il vous reste encore près d’un kilomètre sur la route. Même si votre corps a l’impression de peser une tonne à chaque pas, les cris de la vaste foule de spectateurs vous propulseront vers l’avant.

Les mots ne peuvent décrire le doux soulagement que j’ai ressenti lorsque j’ai tourné le coin, grimpé sur une petite colline qui ressemblait à une petite montagne, et vu la ligne d’arrivée. J’ai sprinté avec le dernier carburant de mon réservoir et je me suis écrasée dans les bras tendus des gentils bénévoles Ils m’ont mise sur un seau, et j’ai terminé la course comme je l’ai commencée : en larmes.

Elyse assise et buvant de l’eau

Mise en garde : Cette fois-ci, c’étaient des larmes de joie.

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, vous vous êtes probablement demandé « pour l’amour de Dieu, pourquoi? » plusieurs fois. Et à cela, je réponds : pour la sensation après la course. Je cours depuis près de 15 ans, et aucun exploit de coureur ne se compare à l’exaltation que j’ai ressentie après avoir terminé cette course. De plus, l’amour et le soutien que j’ai ressentis de la part de toutes les femmes extraordinaires qui m’entouraient ont été fabuleux.

Vous pensez que tout le monde serait un peu plus concentré sur sa performance individuelle et sa survie, mais j’ai rencontré des gens qui m’ont saluée avec tant de gentillesse et de soutien, du début à la fin. Lorsque j’ai perdu mon sang-froid au début de la course, des femmes que je ne connaissais même pas m’ont rapidement entourée pour m’encourager. Lorsque j’étais fatiguée au sommet, les femmes avec qui j’ai discuté en cours de route m’ont motivée à continuer, et lorsque j’ai couru jusqu’à la fin, d’autres coureurs m’ont offert de l’eau froide et des accolades chaleureuses. Même les athlètes féminines d’élite sont restées pour nous encourager, nous mortelles

Je suis époustouflée de voir qu’une course absolument brutale m’a offert un tel apaisement et une telle exubérance, mais je pense que cela démontre bien le caractère unique de l’expérience et la façon dont quelque chose de si difficile peut nous rassembler tous.

Le Mont Marathon occupera toujours une place spéciale dans mon cœur. Alors que le sport gagne en popularité, il est important pour moi et pour tous les Alaskiens que le petit aspect local de cette course ne change pas. J’ai raconté cette course folle et mon expérience, non pas pour que tout le monde s’inscrive au Mont Marathon, mais pour encourager les autres à s’attaquer à n’importe quelle montagne qui leur fait peur et leur rappeler l’impact que nous pouvons avoir lorsque nous nous élevons les uns les autres au sein de la communauté de course.

Aussi, pour me vanter un peu. Je l’ai fait! 

J’ai fini complètement recouverte de terre, un trou dans mes shorts, et une belle entaille sur mon tibia. Mais comme le dit Flip Foldager, membre du comité du Mont Marathon, « si vous ne saignez pas, vous n’avez pas essayé assez fort. » 

Le short d’Elyse après la course

Le short d’Elyse après la course.

Autres faits sur la course 

  • Le temps le plus rapide est actuellement de 41 minutes et 26 secondes. 
  • Alors que je montais toujours la montagne, le record des femmes venait d’être battu avec un temps de 47 minutes et 9 secondes. 
  • Les courses des hommes, des femmes et des jeunes sont séparées. 
  • Les heures de début de la course pour les hommes et les femmes sont alternées chaque année. Les années paires, la course des femmes est le dernier événement de la journée. Les années impaires, les hommes courent en dernier. 
  • L’âge des enfants varie de 7 à 18 ans, et les garçons et les filles courent ensemble. Les jeunes ne se rendent qu’à mi-chemin de la montagne avant de revenir. 
  • Les coureurs adultes ont une heure pour dépasser la ligne de mi-chemin des jeunes et 2,5 heures pour terminer la course. 
  • L’admission à la course se fait au moyen d’une loterie pondérée. Il faut généralement plusieurs années pour y être admis. 
  • Une fois que vous admis dans la course, vous devez terminer dans les 50 % supérieurs de votre groupe d’âge pour recevoir une inscription automatique pour l’année suivante. 
Étiquettes
Écrit par
Elyse Delaney

Rédactrice attitrée de Brooks

Elyse et sa chienne Molly

Je viens de l’Alaska, je suis passionnée par les bonnes courses avec Molly, ma gentille chienne. J’aime les choses simples de la vie comme une chanson de Taylor Swift sur ma liste d’écoute de course ou une bière fraîche après un entraînement intensif. Si je ne suis pas sur la route, je suis probablement en train de parcourir les sentiers pour me rafraîchir les idées quelque part dans les montagnes.