caret-sm-white star-half circle-drag icon-checkmark-nocircle icon-envelope Left Arrow Scroll down Scroll down close Expand Scroll down quote-marks squiggle Play Play Pause Pause long squiggle squiggle 1 close filter-icon Info Compare Compare Selected Information
Courses et événements

Récapitulatif de la course : Le Marathon Project rapide et plat conclut l’année 2020.

Les coureurs et coureuses aligné-e-s à la ligne de départ.
Flèche vers le bas
Flèche vers le bas

Dans une année presque vide de courses sur route aux États-Unis, The Marathon Project a pratiquement été un miracle de Noël. Organisée à Chandler, en Arizona, le dimanche 20 décembre, la course était la dernière, et peut-être pour certain-e-s coureurs et coureuses, la première occasion pour les marathoniens et marathoniennes de démontrer leur forme physique dans une année 2020 tumultueuse.

Transformer les défis en possibilités

Face à la pandémie de la COVID-19, le printemps dernier, la course professionnelle s’est pratiquement arrêtée. Les organisations de compétitions d’athlétisme ont fait preuve de créativité pendant l’été, en organisant de petites compétitions d’athlétisme dans des lieux non divulgués, avec des mesures de sécurité strictes liées à la COVID-19. Mais les courses sur route sont restées largement absentes de la scène car les responsables de course se sont débattus pour savoir comment adapter des événements traditionnellement de grande envergure à des événements plus petits et plus sûrs, tout en favorisant une compétition de haute qualité.

Un groupe de coureurs et coureuses aborde un virage sur le parcours.

Le peloton de tête des hommes passe par le rond-point du parcours au début de la course.

Enfin, fin septembre, trois personnalités du monde de la course pro ont annoncé The Marathon Project. Ben Rosario, entraîneur en chef du groupe d’entraînement Hoka One One NAZ Elite, Matt Helbig, directeur de l’événement, et Josh Cox, agent de plusieurs coureurs et coureuses de fond de haut niveau, ont imaginé l’événement de décembre comme un moyen de donner l’occasion aux marathoniens et marathoniennes professionnel-le-s de montrer leur vitesse et de gagner potentiellement des revenus longtemps retardés.

Pour faciliter les temps rapides, chaque aspect de la course a été soigneusement étudié. Le parcours comptait six tours d’une boucle de 6,43 km de route plate et lisse. De nombreux meneurs d’allure (pacers) ont aidé les athlètes à atteindre leurs objectifs de temps. Les températures fraîches et les vents faibles ont produit des conditions presque idéales. Rosario, Helbig et Cox ne laissent rien échapper à leurs normes exigeantes.


[C’est] motivant de voir autant de personnes courir vite, et formidable de voir les efforts collectifs du monde de la course de longue distance se réunir pour créer une belle occasion. »

CJ Albertson

Plus important encore, la santé et la sécurité des participant-e-s étaient la priorité absolue de toutes les personnes impliquées dans l’événement. Les athlètes devaient présenter des résultats négatifs à deux tests de COVID-19 effectués à 24 heures d’intervalle, la semaine précédente. Les spectateurs et spectatrices extérieurs n’étaient pas autorisé-e-s sur le parcours, et les personnes qui n’étaient pas coureurs et coureuses lors de l’événement devaient porter un masque en tout temps.

Alors que la logistique de la course était en cours de finalisation, l’organisation de la course a recruté des athlètes de haut calibre capables de réaliser des temps rapides. Lorsque le jour de l’épreuve est enfin arrivé, la course ne nous a pas déçus.


Shadrack Biwott s’accroche au peloton de tête au début de la course.

Shadrack Biwott, athlète de l’ODP Hansons-Brooks, s’accroche au peloton de tête au début de la course.

Sara Hall a gagné avec un record personnel de 2 h 20 m 32 s, pour le deuxième marathon féminin américain le plus rapide de tous les temps, un peu moins d’une minute derrière le record américain de Deena Kastor de 2 h 19 m 36 s établi en 2006. Kellyn Taylor, coureuse de NAZ Elite, s’est accrochée à Hall jusqu’à ce qu’elle recule juste après la moitié du parcours, pour finalement terminer troisième en 2 h 25 m 22 s. Keira D’Amato, qui sort d’une année exceptionnelle avec un nouveau record national féminin au 16 km, a dépassé Taylor pour terminer deuxième avec un temps de 2 h 22 m 56 s, un record personnel de 12 minutes et suffisamment rapide pour permettre à D’Amato d’obtenir la 7e place sur la liste des femmes américaines de tous les temps.

Dans la course des hommes, le groupe de tête est resté soudé jusqu’à environ 10 km de l’arrivée, lorsque Martin Hehir a poussé le rythme et s’est séparé du peloton. Martin Hehir a gagné en 2 h 08 m 59 s, Noah Droddy a terminé en 2 h 09 m 09 s et Colin Bennie a complété le trio de tête avec un résultat de 2 h 09 m 38 s. Dans l’ensemble, la course des hommes a été l’une des plus solides de l’histoire des États-Unis, avec sept hommes passant sous la barre des 2 h 10 m. Dans les courses des hommes et des femmes, vingt coureurs et coureuses au total ont atteint les normes de qualification olympique.

Les athlètes Brooks parlent de la course

L’athlète Brooks CJ Albertson et les athlètes Hansons-Brooks Shadrack Biwott et Brendan Gregg sont parmi les hommes qui ont couru après des temps rapides et des places sur le podium lors de cette course mémorable. (Note de la rédactrice : Brooks n’avait pas de femmes commanditées lors des courses cette fin de semaine).

CJ Albertson sur la dernière ligne droite
CJ Albertson, athlète Brooks

L’athlète de Brooks et actuel détenteur du record national du 50 km, CJ Albertson, montré avant la course (à droite) et se battant avec son concurrent Nathan Martin dans la dernière ligne droite.

CJ Albertson, qui s’est classé 7e aux essais olympiques de marathon des États-Unis en février dernier et a passé la pandémie à établir des records nationaux pour le 50 km et le marathon sur tapis roulant, a terminé 10e avec un temps de 2 h 11 m 18 s. « Je m’attendais à courir plus vite et à être en lice pour la victoire, dit Albertson, mais c’était quand même un RP alors je ne peux pas être trop contrarié. » Bien que l’événement ait été dépourvu de spectateurs et spectatrices, mais aussi de l’énergie habituelle des grandes courses, Albertson a qualifié The Marathon Project de « grand événement. [C’est] motivant de voir autant de personnes courir vite, et formidable de voir les efforts collectifs du monde de la course de fond se réunir pour créer une grande opportunité. »

Brendan Gregg, athlète de l’ODP Hansons-Brooks, se tient au milieu du peloton.
Brendan Gregg franchit la ligne d’arrivée

Brendan Gregg, athlète de l’ODP Hansons-Brooks, se tient au milieu du peloton (à gauche) et franchit la ligne d’arrivée juste deux secondes avant son coéquipier Shadrack Biwott (à droite).

ODP Hansons-Brooks Le coureur Brendan Gregg a également fait l’éloge de l’événement, même s’il n’a pas atteint ses objectifs pour la course. « Ce n’est pas le résultat que j’espérais, mais c’était génial de voir tous les participant-e-s sortir et courir vraiment bien. » Gregg, qui espérait améliorer son RP de 2 h 11 m 38 s, a terminé en 2 h 13 m 49 s. Commentant l’emplacement éloigné et l’environnement sans spectateurs et spectatrices, Gregg a dit que c’était « un environnement vraiment intime, car tout le monde sur le parcours a un lien avec quelqu’un de la course. Donc, tout le soutien de la foule a été beaucoup plus personnel. »

Shadrack Biwott a terminé juste après Brendan Gregg dans un temps de 2 h 13 m 51 s, ce qui n’est pas loin de son record personnel de 2 h 12 m 01 s, mais ne reflète peut-être pas sa pleine forme. Interrogé sur sa course par courriel, Shadrack Biwott a commenté : « Nous nous attendions à de très bons résultats; malheureusement, ce n’est pas arrivé. [Le] marathon est une distance très étrange. Parfois, tu te sens bien et tu sors du lot, et parfois ça te prive du podium. » Shadrack Biwott n’est pas le seul à considérer le marathon comme une énigme à résoudre. La longueur de la course amplifie l’effet d’autres facteurs, notamment l’alimentation et la météo, de sorte que l’exécution d’un marathon parfait, même dans des conditions parfaites, n’est jamais garantie.

Un regard vers 2021

Avec le paysage toujours changeant de la course sur route professionnelle en 2020, les coureurs et coureuses attendent avec impatience les occasions que 2021 pourrait leur réserver. Les coureurs et coureuses de longue distance professionnel-le-s devront garder l’esprit ouvert lorsqu’ils et elles planifieront et prépareront l’année à venir, en profitant de courses plus courtes sur la piste, ou en attendant les marathons d’automne pour montrer le meilleur de leur forme.

Quoi qu’il en soit, l’ingéniosité et la collaboration dont a fait preuve le monde de la course à pied cette année plaident en faveur de la poursuite des courses sous une forme ou une autre en 2021.

Étiquettes
Écrit par
Katherine Robinson Pletzke

Rédactrice et éditrice du personnel de Brooks

La rédactrice et éditrice de Brooks, Katherine Pletzke, en train de courir un 10 km à Seattle.

Rédactrice et éditrice chez Brooks, Katherine est une passionnée de course depuis près de 20 ans. Elle a appris de certains des meilleurs coureurs et coureuses, entraîneurs et scientifiques de ce sport. Elle s’est également présentée à de nombreuses réunions en short fendu.