caret-sm-white star-half circle-drag icon-checkmark-nocircle icon-envelope Left Arrow Scroll down Scroll down close Expand Scroll down quote-marks squiggle Play Play Pause Pause long squiggle squiggle 1 close filter-icon Info Compare Compare Selected Information
Glossaire

Courir 102 : un glossaire des termes de course les plus bizarres

Dessin d’un livre intitulé « Glossary » courant sur des jambes
Flèche vers le bas
Flèche vers le bas

Quand on est un coureur débutant ou coureuse débutante, les premiers kilomètres sont difficiles. Les jambes douloureuses et les crampes musculaires sont un défi, évidemment, mais la quantité d’informations apparemment sans fin (sur l’entraînement, l’équipement et les conseils pour les coureurs débutants et les coureuses débutantes) peut s’avérer particulièrement intimidante. D’autant plus que le jargon de la course est assez obscur.

Ce glossaire vous aidera à maîtriser certains de ces termes les plus nébuleux. Installez-vous confortablement pour le découvrir. Vous en sortirez plus instruit-e et un peu mieux préparé-e pour discuter avec le prochain coureur ou la prochaine coureuse que vous rencontrerez.

COGNER

(verbe) – Ou « se heurter à un mur », ce terme décrit la sensation d’être tout simplement incapable de continuer. Cette sensation peut être évitée. Si vous surveillez votre hydratation et votre alimentation, et restez positif et positive, ce mur ne se matérialisera peut-être jamais. Mais on ne peut rien vous promettre.

FARTLEK

(nom, verbe) – Terme populaire dans la communauté de la course, mais véritable mystère pour les non initié-e-s, fartlek est un mot suédois qui signifie « jeu de vitesse » et qui désigne des fractions de course déstructurées et plus rapides lors d’un entraînement. Compris? Une course rapide et amusante. Rien à voir avec le « fart » anglais qui évoque certaines émissions corporelles embarrassantes.

DETRESSE GASTRO-INTESTINALE

(nom) – Vite. Des. Toilettes. Il nous arrive tou-te-s, un jour ou l’autre, de faire l’expérience de troubles de l’estomac. Les longues courses, le stress des compétitions et les entraînements rapides sont tous susceptibles de causer ce genre de soucis. Vous pouvez vous renseigner sur les aliments à privilégier ou à éviter avant une course mais, sur ce plan, chaque individu est différent. Laissez votre expérience vous guider pour éviter les problèmes digestifs.

Illustration d’un coureur pourchassant une toilette avec des jambes

KICK

(nom) – Ou « coup de fouet » en français. Ce n’est ni une sauce épicée, ni un mouvement de danse, ce genre de coup de fouet fait référence à l’impulsion naturelle (et vraiment top) qui vous permet de donner un dernier coup de collier à la fin d’une course. À utiliser avec parcimonie pendant l’entraînement et à savourer sans modération le jour J!

DÉCÉLÉRÉS

(nom) – Ou « negative splits ». On définit généralement cela comme le fait d’accélérer le rythme durant la seconde partie de la course. Cela vous garantit d’excellentes sensations et vous apporte ce « boost » d’assurance qu’il vous faut pour tout donner lorsque vous vous sentez fatigué-e. On parle aussi de NEGATIVE SPLITTING (verbe)

« LA NUIT DE L’AVANT-VEILLE »

(nom) – Il s’agit de la nuit qui précède la dernière nuit avant une course importante, lorsque le sommeil est primordial. Cette méthode permet de recharger votre corps au maximum pour affronter la compétition, car la dernière nuit avant l’événement vous la passerez sans doute à vous tourner et vous retourner dans votre lit, impatient-e d’en découdre. Mais soyez tranquille, vous vous serez déjà suffisamment reposé-e.

ALLURE

(nom) – La vitesse moyenne sur une distance donnée, généralement mesurée par palier d’un kilomètre. Donc si vous parcourez 8 kilomètres en 25 minutes, votre allure est de 3 minutes 8 secondes par kilomètre (vitesse éclair). Si vous parcourez 8 kilomètres en 1 heure et 40 minutes, votre rythme est de 12 minutes 30 secondes (suffisamment de temps pour faire des haltes et humer le parfum des fleurs).

FASCIITE PLANTAIRE

(nom) – Comme la périostite, ou syndrome du stress tibial, la fasciite plantaire est une blessure liée à la pratique de la course. La fasciite plantaire est une inflammation du tissu conjonctif du talon et du tendon d’Achille inférieur. Particulièrement difficile à guérir, cette blessure nécessite un repos total (et quelques bières réconfortantes).

RP

(nom) – L’acronyme de « record personnel » et la statistique que vous partagez (ou dont vous vous vantez) auprès d’autres coureurs et coureuses. Vous pouvez aussi utiliser MCP pour « meilleur chrono personnel ». N’hésitez surtout pas à inventer d’autres termes ridicules comme c’est le cas dans certains sports, par exemple « mes 10 K les plus rapides de ces 7 dernières années, déguisé en poulet ».

LIÈVRE

(nom) – Lorsque des coureurs professionnels ou des coureuses professionnelles veulent courir encore plus vite, ils et elles embauchent un « lièvre » (aussi appelé « meneur ou meneuse de train »), dont tout le travail consiste à courir vite au début, puis à abandonner volontairement. Faire appel à un lièvre permet généralement d’aller plus vite, ce qui est aussi excitant pour les coureurs et coureuses que pour le public, mais on est en droit de se demander si certains d’entre eux ou elles n’auraient pas simplement envie d’abandonner leur mission pour courir et gagner la compétition.

Illustration d’un lapin courant avec une carotte sur un bâton attaché à son serre-tête et pendouillant devant lui

BANDIT DE LA COURSE

(nom) – Des coureurs ou coureuses qui se joignent à une course sans être officiellement inscrit-e-s, ou par le biais de moyens malveillants ou illicites. Ne soyez pas ce genre de coureur ou de coureuse. Soutenez les organisations de courses et respectez les coureurs et coureuses (légitimes).

FAIM SANS FIN

(nom) – En d’autres termes la faim générée par la course. Cette fringale insatiable qui suit une longue course, soit juste après, soit quelques heures plus tard. Combattez-la avec une collation à consommer pendant votre course, une alimentation équilibrée et quelques tests pour découvrir quoi et quand manger pour dompter votre appétit.

SENSATION DE PLANER

(nom) – On ne parle pas ici de substances psychotropes, mais simplement des sensations pures et naturelles qui vous envahissent de chaleur, pendant une course ou juste après. Vous pouvez alors ressentir l’envie de crier ou de hurler de joie sur la route ou dans les sentiers, ce que nous encourageons fortement.

TACTIQUES DILATOIRES

(nom) –

  1. Un péché dans le monde de la course! Il désigne celles et ceux qui économisent leurs efforts pour la dernière répétition de l’entraînement, et qui battent ainsi tous ceux et toutes celles qui se sont donné-e-s à fond depuis le début. Ce qui est loin d’être cool.
  2. Mentir à propos de votre niveau de qualification ou de votre préparation à la course pour participer à une compétition que vous remporterez facilement. Comme ce genre de gars qui clame haut et fort « Oh, je ne suis pas en forme! » sur la ligne de départ et qui démarre ensuite en trombe comme un personnage de dessin animé, avec un nuage de poussière derrière lui et le cri « bip bip » du fameux coyote dans son sillage.

PÉRIOSTITE

(nom) – Ou syndrome du stress tibial. C’est une maladie courante qui touche l’avant des jambes inférieures (on parle bien des tibias) et provoque de telles douleurs qu’il n’est plus possible de courir. Il n’existe pas d’explication scientifique à ces inflammations, mais des théories mettent en cause les courses trop fréquentes sur des surfaces dures, l’ajout de kilomètres trop rapidement et le port de chaussures usées.

JET DE MORVE

(nom) – La solution miracle pour se moucher sans mouchoir en courant. Bouchez simplement l’une de vos narines avec un doigt, soufflez de l’autre et, voilà, le tour est joué. Vous pouvez maintenant courir sans renifler. Pensez à prévenir vos partenaires de course pour qu’ils ou elles restent à l’écart pendant vos premiers essais, et jetez toujours un coup d’œil par-dessus votre épaule pour vérifier que la voie est libre.

TRAVAIL DE VITESSE

(nom) – Un sage a dit un jour « Si tu veux courir vite, tu dois courir plus vite ». C’est peut-être un peu simpliste, mais courir plus vite sur de courtes distances contribue à améliorer vos chronos et votre forme générale.

STREAKER OU COUREUR EN SÉRIE

(nom) – Ce n’est pas ce que vous croyez, à moins que vous ne pensiez à cette « personne qui court d’une façon incroyablement régulière » et qui va, par exemple, courir au moins une fois par jour pendant 25 ans ou participer à 50 marathons de Boston. Oui, vous pouvez être impressionné-e… Ou jaloux/jalouse… Ou même les deux!

Illustration d’un coureur nu recouvert d’un ruban qui dit « Pas ce genre de nuvitisme »

TEMPO PACE

(nom) – Ouvert à l’interprétation, le terme « tempo » désigne généralement un rythme exigeant, mais durable. On pourrait le situer entre l’effort qui fait rougir et celui qui donne la nausée.

ULTRAMARATHON

(nom) – Conçu pour les athlètes les plus masochistes, l’ultramarathon se décline en deux (douloureuses) versions.

  1. Une compétition standard sur une distance précise qui doit dépasser les 42 km du marathon traditionnel.
  2. Une épreuve chronométrée où le gagnant ou la gagnante parcourt la distance la plus longue ou bat simplement les autres candidat-e-s. Ces courses peuvent durer jusqu’à 10 heures et les plus extrêmes, se dérouler sur plusieurs jours.

Vous avez tout compris? Félicitations, la langue des coureurs et coureuses n’aura bientôt plus de secrets pour vous. Maintenant que vous pouvez parler de tempo et vous moucher dans vos doigts comme les meilleur-e-s, il ne vous reste plus qu’à trouver la chaussure de course qu’il vous faut.

CONSEILLER CHAUSSURE

Étiquettes