caret-sm-white star-half circle-drag icon-checkmark-nocircle icon-envelope Left Arrow Scroll down Scroll down close Expand Scroll down quote-marks squiggle Play Play Pause Pause long squiggle squiggle 1 close filter-icon Info Compare Compare Selected Information
Astuces Running

Comment rester positif tout en se rétablissant d’une blessure de running

Deux runners dehors
Flèche Bas
Flèche Bas

Une blessure ne doit pas nécessairement te faire tout arrêter. Cela peut même être une chance de t’améliorer en tant qu’athlète. Rester positif pendant les blessures de running est toutefois beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Mais tu es un runner. Tu es endurant, déterminé et résilient. Alors, comment rester positif quand tu es en train de te rétablir d’une blessure de running ?

En tant que runners, nous adorons le sport. Et souvent, le running est élevé dans notre esprit au rang de quelque chose d’infaillible et de mythique. Le running ne peut pas faire de mal. C’est stimulant et cela améliore notre esprit et notre corps d’une manière incroyable. C’est absolument certain.

Mais il est vrai aussi que les blessures de running sont extrêmement fréquentes. En effet, les chercheurs de Yale Medicine estiment qu’au moins la moitié des runners habituels sont confrontés à une forme de blessure chaque année. Donc, si tu cours de manière habituelle pendant de nombreuses années, il y a de fortes chances que tu sois blessé, d’une manière ou d’une autre, à un moment donné.

Il s’avère que l’astuce pour se rétablir est de maintenir une attitude positive. On sait depuis très longtemps que cela améliore le temps de récupération dans toutes sortes de situations.

Concentre-toi sur ton rétablissement

En règle générale, si je te demandais, à toi ou à tout autre runner, quels étaient tes objectifs actuels, tu répondrais probablement quelque chose comme « améliorer mon allure au kilomètre » ou « courir un marathon ». Tu vois, quelque chose qui serait très spécifique aux runners. Quand on est en train de se rétablir d’une blessure de running, les choses sont toutefois un peu différentes. Ou, du moins, elles devraient l’être.

Imagine, par exemple, que tu aies déjà une blessure due au surmenage comme la tendinite du talon d’Achille, également connue sous le nom de « tendinopathie achilléenne ». Comme d’autres blessures de running courantes, cette situation particulière est causée par l’acte répétitif et stressant du heurt de tes pieds au sol à chaque pas. Tu vois, ce qu’on appelle le running. Que supposes-tu qu’il se passerait, alors, si tu continuais à surmonter la douleur et à poursuivre tes objectifs de runs plus rapides et plus longs ? Il est évident que l’inflammation ne s’améliorerait pas. Plutôt que de t’en tenir à tes intérêts, à tes objectifs et à ton état d’esprit habituels, tu dois considérer qu’un changement s’impose. Lorsque tu es en train de te rétablir d’une blessure de running, ton nouvel objectif est simple : te rétablir.

Une femme qui fait la planche

Aussi logique que soit cette conclusion, c’est toutefois une chose avec laquelle de nombreux runners, y compris moi-même, se débattent. Personnellement, j’ai eu une expérience éprouvante au début de ma carrière de runner avec l’une des blessures de running les plus courantes : le syndrome de stress tibial. OK, ce n’est peut-être pas une blessure particulièrement grave, mais l’impact sur mes runs a été incroyablement décourageant. En tant que nouveau runner, j’avais travaillé dur pour construire ma base et faire des progrès rapides. Puis j’ai commencé à développer la douleur sourde associée au syndrome de stress tibial. Quand j’en ai parlé à l’entraîneur d’athlétisme, il a dit que c’était juste le syndrome de stress tibial et qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Ce qui, en fin de compte, n’était pas le meilleur conseil. Les conseils offerts par l’entraîneur n’étaient pas tout à fait faux, mais ils n’étaient pas non plus tout à fait complets.

Rassuré sur le fait que je n’avais affaire qu’au syndrome de stress tibial, j’ai continué à suivre mon programme d’entraînement habituel. Et j’ai commencé à ralentir. Non seulement ma vitesse a diminué, mais mon endurance générale a également baissé. Pendant tout ce temps, la douleur dans mes tibias ne partait pas. Quel était le problème ? Je refusais d’accepter la nouvelle réalité de mon monde du fitness et j’essayais de m’en tenir à mes objectifs existants. Finalement, j’ai fait une pause en arrêtant le running complètement, ce qui a changé la donne. Pendant cette période, je me suis concentré sur la récupération. Plutôt que d’être centré sur le running, mes objectifs ont commencé à tourner autour de ma souplesse, de mon équilibre et de mes niveaux de douleur. La douleur a finalement disparu et j’ai pu reprendre mes runs en étant un meilleur runner, et plus patient.

Si (ou quand) tu fais face à une blessure de running, ne la minimise pas et évite de t’entêter. Au lieu de cela, considère cela comme une étape différente de ton entraînement et ajuste ta réflexion et tes objectifs pour saisir l’opportunité de récupérer.

Fais du cross-training pour rester mobile

Une façon dont ce changement de mentalité peut se manifester est avec le cross-training. Les runners courent, et nous avons tendance à ne pas consacrer beaucoup de temps à d’autres activités sportives. Rappelle-toi cependant que la plupart des blessures sportives sont classées comme des blessures de surmenage. Cela signifie que les problèmes sont directement liés à l’effort ciblé et répété du running. Souvent, ces blessures peuvent être des indicateurs solides que tu manques d’un autre aspect de ta forme physique comme la force, l’équilibre ou la mobilité.

Alors que je m’entraînais pour ma première course officielle, je suis de nouveau tombé dans le piège du surmenage et je me suis blessé. Cette fois, le coupable était un mollet froissé. Sur la base d’expériences passées, je savais que courir et l’ignorer n’étaient pas la solution. J’avais au moins appris ça. L’haltérophilie, mon autre entraînement de prédilection, n’a toutefois pas vraiment aidé dans ce cas. Les exercices de musculation qui se concentraient sur mes mollets semblaient aggraver les choses. Donc, la question était la suivante : comment continuer à faire de l’entraînement cardiovasculaire et encourager mes mollets à guérir sans les solliciter davantage ?

Une femme qui étire les bras

Deux formes d’entraînement semblaient être la solution : le vélo et le Pilates. Grâce à la façon dont le vélo répartit la charge, j’ai pu poursuivre mon entraînement d’endurance sans surcharger davantage mes mollets. Cela m’a également donné la possibilité de cibler d’autres groupes de muscles qui ne reçoivent pas autant d’attention en running. Le Pilates m’a permis de travailler mon équilibre et ma mobilité dans un environnement à faible impact. Je le répète, une fois que la douleur dans mes mollets s’est atténuée et que j’ai repris le running, mes performances se sont considérablement améliorées.

Ainsi, bien qu’une blessure puisse être frustrante, elle peut aussi te rappeler que ton entraînement fait défaut dans certains domaines. Après tout, la forme physique est une chose à multiples facettes, et le running, aussi merveilleux soit-il, ne traite tout simplement pas tous ces aspects de ton entraînement. Pendant que tu te rétablis d’une blessure, utilise ce temps pour faire du cross-training et concentre-toi sur toutes les insuffisances que tu pourrais voir dans ton entraînement. Cela te permettra non seulement d’avancer dans ton parcours de remise en forme global, mais t’empêchera également de sombrer dans le découragement que tu pourrais autrement ressentir en faisant une pause en running.

Tire parti d’un système de soutien

Comme mentionné précédemment, la plupart des runners subiront une sorte de blessure au cours de leur carrière sportive. Ce n’est pas génial, mais c’est la vérité. Et l’une des conséquences des blessures de running est que tu peux commencer à te sentir isolé. Peut-être que tu courais dans un groupe et, à cause de ta blessure, tu ne peux plus. Ou peut-être que ta blessure te perturbe et que tu ne te sens pas toi-même, tu manques de motivation pour te lever et faire quoi que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’impact physique du running peut également t’affecter mentalement et émotionnellement. Malheureusement, cela peut également créer un cercle vicieux dans lequel tu te sens mal parce que tu ne peux plus être aussi actif qu’avant, et que tu n’es plus aussi actif qu’avant parce que tu ne te sens pas bien.

Pendant ces jours un peu tristes, une communauté de soutien composée de membres de la famille et d’amis peut être extrêmement précieuse. Il est important de noter que ce système de soutien peut consister en d’autres runners, ou pas. Bien sûr, les runners qui ont vécu quelque chose de similaire peuvent être une bonne source d’encouragement et de conseils, mais ce n’est pas tout à fait le but de la communauté. La plupart du temps, il s’agit simplement de te changer les idées et de t’empêcher de t’apitoyer sur ton sort. Le simple fait d’être entouré de gens peut t’aider à rester positif tout en traitant tes blessures de running.

Quatre runners en train de discuter dehors

Tu trouveras peut-être que tes amis t’offrent des moyens de faire du cross-training auxquels tu n’aurais probablement pas pensé autrement. Par exemple, pendant les périodes où j’étais obligé de faire une pause en running, j’ai beaucoup joué à l’ultimate avec des amis. Parce que c’étaient des jeux occasionnels et parce que ce sport était par nature sans contact, c’était un moyen idéal pour moi de rester actif et social tout en n’aggravant pas le problème. Un de mes amis avec qui je courais souvent devait aussi faire une pause, mais n’avait pas envie de rester seul à la maison. Il m’a donc accompagné à vélo pendant que je courais. Il a aussi fait de nombreuses références à Rocky. La randonnée nous a également ouvert de nombreuses opportunités, à mes amis et à moi, de passer du temps ensemble sans ajouter aux blessures de surmenage auxquelles je peux être confronté.

Quelle que soit la forme que prend ce système de soutien, l’important est que tu combattes l’envie d’être totalement inactif et de t’isoler. Cela peut être un réel danger lorsqu’on te dit de mettre un membre ou une articulation blessés au repos. N’oublie pas que se reposer ne signifie pas être inactif, et que le rétablissement peut - et doit - être actif. Rester actif et passer du temps avec sa famille et ses amis peut grandement contribuer à maintenir une attitude positive pendant la convalescence.

Mets-toi sur la voie de la réussite

En tant que runners, nous nous poussons physiquement et mentalement tout le temps. Et, bien que cela nous permette de nous améliorer de diverses manières, cela peut aussi parfois nous exposer au risque de blessure. Si à un moment donné tu subis une blessure, rappelle-toi que ce n’est en aucun cas la fin de ta carrière de runner. Considère plutôt la période de rétablissement comme une autre phase de ton entraînement. Prends ce temps pour faire du cross-training et concentre-toi sur les éventuelles lacunes de ta routine habituelle. Les périodes de récupération peuvent également être un moment idéal pour renforcer tes liens avec ta communauté de famille et d’amis. Ces étapes peuvent t’aider à rester positif même lorsque tu te remets d’une blessure de running.

Les conseils de notre rédacteur sont uniquement destinés à des fins d’information ou d’éducation d’ordre général. Nous t’encourageons toujours à parler avec ton médecin ou ton professionnel de santé avant de modifier tes routines de running, de nutrition ou de remise en forme.

Étiquettes
Écrit par
Jonathan Thompson

Fan de fitness

Jonathan avec un chien dans la neige

Mon intérêt pour le fitness a commencé jeune, principalement en tant que stratégie de survie d'un asthmatique maigrichon. Après avoir obtenu mes certifications d'entraîneur personnel et de nutritionniste, j'ai commencé à écrire des articles sur le fitness. À ce stade, le running est une partie non négociable de ma vie.