caret-black caret-sm-black caret-sm-white checklist arrow-circle thumb_icon icon-questions bra-icon star star-half review-icon grid-view-icon list-view-icon circle-drag ] icon-checkmark-nocircle icon-envelope Left Arrow Scroll down Scroll down close Expand Scroll down french-quote quote-marks squiggle german-quote Play Pause long squiggle squiggle 1 close filter-icon Info Compare Compare Selected Information
Nos runners, leurs histoires

Repousse tes limites de running en 2021 : Matière à réflexion

Un ensemble de fruits, de légumes et de céréales étalés.
Flèche Bas
Flèche Bas

En tant que runners, que devons-nous manger, en quelle quantité et à quelle fréquence ? Il n’existe pas une réponse magique unique, mais construire une relation saine avec la nourriture est un bon début.

Alimente ton corps, mais reste flexible

Il n’y a aucun doute : une bonne nutrition aide à alimenter ton corps pour faire une bonne course. Ce que nous consommons est important, à la fois pour la performance et la santé générale. De nombreux runners préfèrent un régime équilibré composé de céréales entières, de protéines maigres et de fruits et légumes frais. De nombreux runners professionnels consomment également moins d’aliments riches en lactose, de boissons et friandises sucrées, et d’aliments riches en acides gras transformés (comme les fast-food) lorsqu’ils s’entraînent.

Plate with an egg and lunch meant on toast

Ce sont d’excellents choix de base pour les runners, mais n’oublie pas que la nutrition est individuelle à chaque personne. Nous avons tous des corps différents et des besoins différents. En fin de compte, la nourriture va de pair avec la fixation d’objectifs et l’entraînement.

Kelsey Thomas est la directrice du bureau The Emily Program à Seattle, une organisation reconnue à l’échelle nationale qui propose un traitement personnalisé des troubles de l’alimentation aux adolescents, aux jeunes adultes et aux adultes. Selon elle, même si les athlètes ont raison de considérer la nutrition comme un moyen de donner de l’énergie à leur corps, elle met en garde : la nourriture ne devrait pas les définir comme personnes ou athlètes.

« Bien sûr, les athlètes considèrent la nourriture comme un carburant. Mais l’une des choses les plus importantes dont les athlètes devraient se souvenir en termes d’alimentation et de nutrition est la souplesse : la nourriture fait partie de la vie. Elle doit apporter du plaisir, être amusante. Parfois, les athlètes se définissent uniquement en fonction du sport qu’ils pratiquent, mais la vie est bien plus que cela. Peut-être que tu voudras goûter le gâteau de ta nièce pour son premier anniversaire. Il n’y a aucune honte à cela. Ce gâteau que tu dégustes avec ta famille fait simplement partie de la vie, et dans quelques jours, tu devrais pouvoir regarder en arrière et ne pas te sentir coupable de l’avoir mangé. »

La conclusion ? L’alimentation et la nutrition ne sont pas des menaces pour ta forme physique, elles te permettent plutôt de l’améliorer.

Friends sitting at a table to eat together.

À quoi ressemble une relation saine avec la nourriture ?

Jillian Lampert, directrice de la stratégie de The Emily Program, explique qu’à la base, une relation saine avec la nourriture est basée sur des besoins et des désirs, et non sur la peur, l’anxiété ou des règles.

« On trouve partout des influences négatives. Par exemple, à partir d’un site Web qui te donne cinq conseils simples pour ton régime alimentaire, d’une brochure d’un fournisseur de soins de santé t’indiquant ce que tu devrais manger ou d’une publicité vendant l’idée que la graisse est mauvaise et que si tu en manges, tu iras à l’encontre d’un principe fondamental », dit-elle.

Selon Lampert, nous regroupons souvent un ensemble de sources qui nous indiquent la bonne façon de manger. Le problème, dans ce cas, est que nous faisons alors des choix basés sur des facteurs externes plutôt que sur des facteurs internes.

Woman checking watch and having a banana for a snack.

Le Dr Kyle Pfaffenbach, professeur du programme Health and Human Performance à l’Université Eastern Oregon et conseiller des Brooks Beasts, convient qu’une relation saine avec la nourriture commence avec la personne. Il propose quatre façons simples de construire une philosophie nutritive de base.

  1. La nourriture et la nutrition ne sont pas des sujets à résoudre, maîtriser, conquérir ou perfectionner.
  2. Une relation saine avec la nourriture s’adaptable à chacun. Pour les runners, cela signifie rejeter l’idée qu’il existe des aliments magiques qui fonctionneront pour une séance d’entraînement ou le jour de la course. Avoir une compréhension de base de la nutrition et de la production d’énergie peut aider les individus à prendre des décisions et à ne pas être stressés lorsque leur nourriture de course « parfaite » n’est pas disponible.
  3. Une alimentation « consciente » peut t’aider à développer une relation saine avec la nourriture. Cela signifie manger plus lentement, bien mâcher, explorer les textures et les goûts à un niveau plus approfondi, ainsi que reconnaître et réfléchir à l’origine des aliments et au chemin qu’ils ont parcouru jusqu’à ton assiette. C’est le contraire de manger « sans réfléchir », comme par exemple prendre une collation par ennui.
  4. Tu dois apprécier la nourriture que tu consommes ! Nous avons davantage accès à une grande variété d’aliments sûrs, sains et nutritifs provenant de cultures du monde entier. Cet avantage est incroyable, doit être apprécié et peut faire de la nourriture une partie enrichissante de la vie.

Si toi ou quelqu’un que tu connais avez une relation malsaine avec la nourriture ou souffrez d’un trouble alimentaire, la National Eating Disorder Association est une excellente ressource.

Pour en savoir plus sur comment courir avec force en 2021, consulte nos histoires de résolutions et de force mentale.